28/03/2014

Droit de réponse

Un article est paru dans la Nouvelle Gazette édition Sambre & Meuse de ce jour.

(Cliquez pour agrandir)

Presse, droit de réponse

Je me dois d’être honnête et d’apporter quelques corrections à cet article.

Il n’est pas toujours facile de faire passer un message correct lors d’une interview téléphonique et, sans jeter la pierre au journaliste ayant rédigé l’article, quelques-uns de mes propos ont sans doute été mélangés dans la prise de note. J’imagine qu’interroger une personne par téléphone et prendre note simultanément de toutes ses réponses est loin d’être un exercice facile.

Les écrits pour lesquels M. Beelen m’assignait en Justice étaient publiés sur un ancien blog (http://vrais-amis.skynetblogs.be) et contrairement à ce que dit l’article, force est d’avouer qu’ils n’étaient pas modérés et respectueux. Comme repris dans le libellé du jugement de la Cour d’Appel, il s’agissait d’une réponse du berger à la bergère mais ils ne citaient ni le nom de l’association ni l’une ou l’autre personne en particulier. Ces propos faisaient suite aux écrits de M. Beelen sur un forum privé (et non sur un blog) et étaient effectivement destinés à me défendre par rapport à ce qui était écrit contre moi mais j’admets qu’ils étaient aussi incisifs que ceux de M. Beelen.

Je précise toutefois que j’ai effacé tous les articles de ce blog avant le 13 octobre 2010.

Je pense que M. Beelen ne niera pas que l’article semble faire un amalgame entre ce qui se passe actuellement sur Facebook et les faits constitutifs des actions en Justice.

On peut lire en effet : « M. Beelen parlait d’une page qui dénonçait les façons de faire et critiquait l’ASBL, mais je n’avais absolument rien à voir avec cette page »

Nous pouvons sans doute nous accorder sur le fait qu’il s’agit là des pages Facebook « 100 chevaux pitoyables » et « 100 chevaux pitoyables –réactions ». Leur création étant largement postérieure aux faits jugés, elles n’interviennent nullement dans le jugement. (Par contre, il est vrai que je n'ai rien à y voir.)

« RIEN à reprocher »

Sur le plan légal en effet mais pas uniquement parce qu’il n’est pas établi qu’un autre homme, de même âge, de même condition et placé dans les mêmes circonstances aurait agi différemment. Il faut rappeler en effet qu'il a été considéré qu’il s’agissait d’une réponse du berger à la bergère.

En toute honnêteté et avec du recul, j’aurais pu agir de manière différente et ne pas sombrer dans le règlement de comptes de cour de récréation. On ne peut pas revenir en arrière et en discourir ne changera rien.

J’aimerais nuancer la fin de l’article :

Je ne peux pas affirmer que personne n’en veut à M. Beelen ou à son association même si je n’ai pas connaissance d’une telle volonté et de toute manière, je ne suis pas concerné.

Je critique bel et bien certaines déclarations ou certains agissements de M. Beelen mais certainement pas la raison d’être de son association ni l’ensemble de ses actions! Je n’ai pas mis à prix sa tête à prix et il est loin d’être une obsession pour moi.
Les critiques que j’ai formulées jusqu’à présent  n’avaient pour objet que ses déclarations ou écrits dirigés vers des personnes, des réglementations ou des institutions. Les commentaires rédigés dans mes articles ne constituaient également que des réponses à ses écrits.

Je souhaite effectivement voir cette page tournée et je compte bien faire en sorte qu’elle le soit.

Pour conclure :

Dans le même esprit d’honnêteté ayant motivé la rédaction de cet article et regrettant que M. Beelen n’ait pas pu être joint par le journaliste ; je souhaite offrir à M. Beelen la possibilité de commenter l’article de presse dont il est question et d’exprimer ainsi son opinion par rapport au jugement.

J’invite donc M. Beelen à me transmettre sa réaction à cet article ; il peut le faire en déposant un commentaire sur le blog ou en m’adressant un e-mail et ce, même dans le cas où il se serait déjà adressé à la rédaction du journal.

Je m’engage à publier intégralement le texte qu’il m’aura adressé à condition bien entendu, que celui-ci soit consacré à l’article en question, qu’il respecte les Lois en matière de liberté d’expression et qu’il ne soit pas d’une longueur invraisemblable.

Je m’engage également à ne rien ajouter sous cette réaction. Si j’estime qu’un commentaire doit être apporté, ce sera fait dans un autre article et uniquement si j’estime que des précisions doivent être apportées.

J’invite ensuite M. Beelen à confirmer par un commentaire que son texte aura été intégralement publié.

 

Ayant reçu la réaction de M. Beelen, je la publie donc ci-dessous dans son intégralité en intégrant le fichier pdf transmis. Cliquez sur le nom du fichier afin d'y avoir accès.

Reaction-MarcBeelen.pdf

Commentaires

Belle ouverture, belle occasion de conclure définitivement. À saisir.

Écrit par : Renaud Klee | 29/03/2014

Répondre à ce commentaire

Et bien Monsieur Klee, pour une fois nous sommes bien d'accord. Que notre réponse envoyée à Mr Deloyer puisse également vous inspirer : nous y avons tous à gagner....

Écrit par : BEELEN | 29/03/2014

Répondre à ce commentaire

Merci d'avoir eu l'élégance et la correction d'avoir publié notre courrier envoyé au journal. La sagesse de votre texte est tout à votre honneur. Souhaitons que ce premier échange entre nous puisse nous inspirer mutuellement à plus de compréhension , de respect et d’entente . Nous y avons fort certainement tous à y gagner.

Écrit par : BEELEN | 29/03/2014

Répondre à ce commentaire

Pas de quoi, je n'ai fait que tenir un engagement pris :-)

Pour que tous y gagnent, tous doivent y mettre de la volonté et accepter de ne pas avoir toujours raison ce qui signifie qu'une démarche constructive ne peut se concevoir sans dialogue ni concessions.

Écrit par : Olibrius | 29/03/2014

Les commentaires sont fermés.