03/09/2014

Il faut oser...

Même après avoir patienté un temps non négligeable, force est de constater que rien ne change…

Il est d’ailleurs d’autant plus déplorable de voir que le président d’une association soit totalement incapable de s’interroger sur ses publications à grande visibilité alors que l’actualité nous interpelle sur le triste sort de nombreux équidés. 

(Lire l'article sur 7/7 : cliquez ICI)

 

Bien que l’on puisse éventuellement concevoir que ses publications soient encouragées par les commentaires d’aficionados sans doute un peu naïfs et certainement prompts à soutenir ses propos, on ne peut que s’interroger sur certaines déclarations…

 

Ce 30 août, le président de 100 chevaux sur l’herbe publie « innocemment » une photographie de deux chevaux où il ne manque pas, en légende, de provoquer des réactions par rapport aux adoptions d’équidés. (Cliquez sur l'image pour agrandir)

100 chevaux sur l'herbe,manipulation,adoption,généralisation

 

Bien entendu, les commentaires ne se font pas attendre et cela lui permet de critiquer la personne ayant adopté un équidé avant d’être contrainte de lui rendre.

 

Quelles que puissent être les raisons de ce retour et certainement lorsque l’on sait qu’elles n’ont rien à voir avec de mauvaises conditions d’hébergement; mon opinion est qu’il est vraiment déplacé de critiquer ainsi une personne qui a voulu donner une chance à ce cheval et s’est investie en ce sens.

Ceci constitue un bel exemple du fait que ce monsieur n’a strictement aucun respect pour les personnes qui ont adhéré à sa cause et se sont dévouées pour l’aider.

Ce que cette personne et son entourage peuvent ressentir à la lecture des propos de monsieur Beelen n’a visiblement aucune importance. Mais plus encore, cette publication à bien entendu un objectif qui apparaît clairement à la lecture de cette phrase de la légende : « vous comprenez pourquoi nous ne plaçons plus nos équidés… ». 

 

Belle manipulation de l’opinion : cet équidé a été placé, son adoptante n’en voulait plus, vous comprenez pourquoi nous ne plaçons plus d’équidé… Il faut être aveugle pour ne pas voir là une généralisation forcée, destinée à cautionner la politique de 100 chevaux sur l’herbe en matière de placement d’équidés. 

 

Une rare exception devient donc une règle absolue : nous refusons de placer des équidés parce que cela tourne mal. Et tant pis si plus de 80 % des adoptions se déroulent pour un mieux; ça, c’est un fait qu’il faut occulter en mettant en exergue ce que l’on considère comme un échec.

Pour rappel : le placement d’animaux est l’une des conditions liées à l’obtention d’une agrégation de refuge.

 

 

Plus déplorable et dans un autre registre, ce 2 septembre, le président de l’association 100 chevaux sur l’herbe fait la démonstration qu’il ose tout, vraiment tout…

Et franchement, il faut vraiment faire preuve d’un manque total de réflexion pour oser publier ceci : (Cliquez sur l'image pour agrandir)

100 chevaux sur l'herbe,manipulation,adoption,généralisation

 

Comment peut-on comparer la mise à l’abattoir de chevaux aux horreurs commises par les nazis ?

 

Il me semble, et je pense que cette opinion est partagée; qu’il est parfaitement inconcevable de faire un tel amalgame et ce, même si l’on voue aux équidés, un amour inconditionnel.


Je ne peux d’ailleurs pas même imaginer qu’une telle publication ne soit pas censurée tant elle peut heurter de nombreuses personnes.

 

Les commentaires sont fermés.