25/01/2014

Haro sur le véto !

Cible et bouc émissaire; c'est ce qu'est devenu le vétérinaire ayant procédé à l'inspection de l'AFSCA dans les installations de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" et je crois pouvoir affirmer que personne n'aurait aimé prendre la place de cet homme à qui pourtant, on ne pouvait reprocher qu'une chose : avoir fait son travail.

Ce vétérinaire était certainement convaincu du bien-fondé du mandat qui lui était confié : faire en sorte que les équidés détenus définitivement sur le sol de notre pays soient identifiés et enregistrés conformément à la Loi.

Cette Loi contre laquelle il nous arrive de pester mais qui, si on prend la peine de l'analyser, a été rédigée dans le but de protéger non seulement le citoyen mais également les équidés.

Le fait de placer une puce électronique sur un équidé, d'en faire le signalement, d'établir un carnet sanitaire et d'enregistrer l'animal dans une base de données n'a pas qu'un but de recensement, ce système sert, entre autres, à protéger les équidés.
Le carnet sert par exemple à exclure définitivement l'équidé de la chaîne alimentaire; soit par choix, soit à cause des traitements médicamenteux repris sur ce carnet. On y reprend également les vaccins injectés à l'animal. La puce aide à lutter contre le vol et à retrouver les détenteurs d'équidés égarés, abandonnés ou maltraités.

Et voici donc ce vétérinaire; convaincu d'agir pour le bien du citoyen et des animaux, cloué au pilori par la colère d'un président d'association en infraction bien décidé à se faire passer pour une victime.

Cet homme a par la suite réagi et ses réactions ainsi que la voie qu'il a choisi pour s'exprimer ont été utilisées contre lui afin de détruire son image et de le présenter comme le "méchant" de l'histoire.
On peut certes critiquer ses réactions sur Internet mais avant d'en faire le procès, il serait bon de concevoir qu'elles ont été provoquées et qu'elles ne résultaient pas d'une colère ou d'un esprit de vengeance mais avant tout, des blessures infligées et de l'acrimonie du président de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe".

J'en prends pour preuve ce commentaire, laissé sur la page Facebook de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" par ce vétérinaire et malheureusement supprimé par l'administrateur de cette page. Cette suppression systématique de commentaires étant bien entendu suivie d'un bannissement de leur auteur ne lui permettant plus de démentir les propos tenus sur cette page.

" Continuant à suivre attentivement cette magnifique et efficace campagne de publicité et d'appel aux dons pour votre centre de loisirs dont une des activités est l'hébergement de sans-papiers, je constate avec déplaisir que vous vous diversifiez avec succès dans la prolifération des moutons pour lesquels vous avez omis de demander un numéro de troupeau. Comment est-il possible qu'à cette heure, 1197 personnes aient partagé vos commentaires insultants pour la Ministre dont vous vous gardez bien de publier la réponse? Cette réponse est-elle à ce point mesurée et correcte que sa publication risquerait de démasquer vos lamentations cupides? Ont-ils à ce point confiance dans votre analyse de la situation pour prendre le risque de s'exposer eux-mêmes dans ce qui commence vraiment à ressembler à une farce de très mauvais goût? Arrêtez de faire partager des âneries à des personnes que vous n'informez pas complètement et à qui vous racontez de plus en plus de balivernes. Je prends la peine d'expliquer une nouvelle fois pour ceux qui ont vraiment envie de comprendre: 5 chevaux sans aucune puce ni traçabilité permettant d'être certains qu'ils ne sont pas porteurs d'anémie (maladie mortelle à incubation variable et avec porteurs sains) ainsi qu'un importé récent sans AUCUN document sanitaire alors que ceux-ci sont obligatoires pour protéger le territoire de certaines maladies graves, doivent subir une prise de sang et un examen clinique avant le 19 novembre, ce qui est plus qu'il ne faut car il est possible d'obtenir ces résultats en moins de 5 jours et que le coût d'une analyse est de 36€ TVAC. Seuls ces 6 chevaux courent le risque très faible de devoir être euthanasiés si et seulement si vous refusez de faire faire ces prises de sang. Si un des chevaux se révèle atteint ou porteur, il sera euthanasié pour protéger tous les autres et des nouvelles analyses des 111 autres seront refaites après 1 mois pour juger de l'état de propagation de la maladie. Aucun ultimatum ne pèse actuellement sur les 106 autres chevaux que vous hébergez. Alors pourquoi crier au loup et surtout pourquoi inciter tant de gens à la haine vis-à-vis de personnes qui ne font que faire leur travail dans l'intérêt de tous? Ce que l'Etat attend de vous pour les 112 animaux que vous détenez, c'est uniquement que vous les déclariez à la Confédération Belge du Cheval comme doit le faire tout propriétaire depuis de nombreuses années. Et une fois encore, cette déclaration à votre adresse a pour but la protection de tous les chevaux du pays contre de nombreuses maladies. Pour cet enregistrement, aucun délai n'a été fixé pour vous permettre d'étaler ces dépenses. Avez-vous expliqué à vos aficionados que 83 de vos équidés ne disposaient d'aucun document et qu'ils ne se seraient donc jamais retrouvés à l'abattoir? Leur avez-vous dit que vous aviez acheté des équidés venant de chez un marchand où l'AFSCA avait déjà exclu tous les animaux de l'abattage? Evidemment non, ça fait moins vendeur que de dire qu'on les a tous sauvés de l'abattoir. En fait, alors que nous n'avons pas eu la possibilité de vérifier attentivement tous les documents vu le contexte hostile dès le début de notre contrôle, je suis en mesure d'affirmer qu'au moins 85/112 n'auraient JAMAIS été abattus. Alors de grâce, et dans l'intérêt des chevaux, arrêtez cette campagne ridicule et revenez à de meilleures dispositions. Je termine en disant que si les règles d'un Etat de droit vous dérangent, vous trouverez certainement un pays d'accueil. Mais dans ce cas, et afin de vous éviter de mauvaises surprises à la frontière, je vous rappelle que vous devez aussi préalablement faire enregistrer tous vos chevaux. Donc, je ne pense pas que ce soit la meilleure solution, pour vous en tout cas."

                                 (Commentaire reproduit avec l'aimable autorisation de son auteur)

 

Le ton était conciliant mais qu'à cela ne tienne, la machine était lancée… La cible était acquise et il fallait absolument dresser l'opinion contre ce vétérinaire afin d'assurer une image de victime à cette association et son président. Ce commentaire était évidemment bien gênant dans la mesure ou il rétablissait la vérité concernant les soi-disantes menaces pesant sur les équidés de l'asbl.

Celui qui osera prétendre qu'il n'y avait aucune animosité envers ce vétérinaire mentira avec aplomb et ce ne sont pas ces caricatures qui démentiront mes propos. (Cliquez sur les images pour les agrandir)

 

FB100CV-CaricatureRK.jpg

FB100CV-CaricatureReunionAFSCA.jpg