28/01/2014

Offensive pétitionnaire, le retour.

Il est vivement conseillé de prendre connaissance de l'article d'introduction de ce blog ainsi que de la page "A propos" afin de comprendre les raisons d'existence de ce blog et ses objectifs.

Cliquez sur les images pour les agrandir

L'article précédent de ce blog parlait de changement d'attitude, de prise de conscience, d'introspection et de réactions constructives; le résultat ne s'est pas fait attendre : le président de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" a repris son offensive pétitionnaire sur la page Facebook de son association.

obstination, pétition, campagne médiatique, manipulation, mystification, 100 chevaux sur l'herbe, hoax

Il n'a pas tort sur tous les points : sa campagne fait bel et bien grincer des dents mais elle ne produit cet effet que sur les personnes ayant compris ses manœuvres et percé à jour, le jeu auquel il s'adonne. S'il n'est pas souhaité que son but soit atteint, c'est pour d'excellentes raisons...

Si cette pétition atteignait son objectif, elle n'aurait qu'un seul aspect positif : satisfaire un président d'association dans son strict intérêt personnel. Elle aurait au contraire, un effet négatif puisqu'elle agirait au détriment des autres associations et de la protection animale en général.

Il est d'ailleurs singulier de constater que le président de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" est le seul représentant d'association à s'ériger contre les procédures et conditions de l'octroi de l'agrément de refuge et contre les Arrêtés Royaux qui les régissent.
Le public est dès lors en droit de s'interroger : est-il le chevalier blanc de la protection animale ou agit-il dans son seul intérêt ?

Les faits sont là, ils sont clairs dès que l'on parvient à percer le brouillard mystificateur qui entoure les publicités et autres déclarations.

Pour rappel :

  • Le président de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" n'a jamais, depuis 2001, souhaité obtenir l'agrément de refuge et n'a jamais fait la moindre démarche en ce sens.
  • Aucun danger de "mise à mort" n'a pesé sur l'ensemble des équidés de l'association. Les seules euthanasies éventuellement envisageables auraient été celles de seulement 6 équidés pour lesquels des analyses sanguines devaient être effectuées. La question de l'euthanasie ne se posant qu'en cas de résultat positif à une contamination par l'anémie infectieuse équine ou en cas de non respect des délais impartis pour la réalisation de ces analyses.
  • Octroyer des dérogations concernant la réglementation en vigueur pour les refuges n'apportera strictement rien aux équidés hébergés par l'asbl "100 chevaux sur l'herbe". Au contraire, le respect des Arrêtés Royaux et donc, la régularisation des équidés concernant leur "puçage", l'établissement de carnets sanitaires et l'enregistrement dans la base de données de la CBC, ne pourrait qu'être bénéfique pour eux.
  • La volonté de ne pas proposer les équidés à l'adoption va à l'encontre des objectifs de la protection animale. En effet, les refuges agréés et autres associations sont saturés et seuls les départs d'équidés ouvrent la porte à de nouveaux sauvetages. En l'occurrence, garder les équidés jusqu'à fin de vie équivaut à n'ouvrir une place que lorsqu'un décès survient. Il va de soi que tous les équidés ne sont pas adoptables mais dans la situation actuelle, un nombre non négligeable des pensionnaires de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" s'avèrent être dans de bonnes conditions pour être considérés comme tels. Cette politique permet certes, à l'asbl d'héberger plus d'une centaine de chevaux mais elle ne lui permet d'en sauver qu'un très petit nombre annuellement. Si l'on tient compte des chiffres rendus par l'association concernant le nombre total d'équidés sauvés depuis sa création (259) et que l'on y soustrait en toute bonne foi le nombre de places (112) disponibles, on obtient le chiffre de 147 autres équidés accueillis sur 12 années complètes d'existence. Ceci donne donc une moyenne de 12,25 sauvetages par an. C'est peu, comparé à une petite association qui atteint la même moyenne en n'ayant que 12 places disponibles mais qui elle, privilégie l'adoption.

 

La campagne médiatique du président de cette asbl agit comme un hoax : des milliers de personnes foncent signer la pétition sans s'informer plus avant car les propos habiles de l'instigateur de cette pétition leur font croire à une menace pour les pensionnaires de 100 chevaux sur l'herbe.

De plus, une telle campagne ne peut pas aboutir pour la bonne et simple raison qu'il n'est pas possible à un Ministre quel qu'il soit, de décider de l'abrogation d'un Arrêté Royal.