18/09/2014

Le groupe vraiment, vraiment privé anti sous-marin

La réaction du président de l’asbl 100 chevaux sur l’herbe était inévitable et elle mérite d’être commentée.

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

100 chevaux sur l'herbe,manipulation,insultes

100 chevaux sur l'herbe,manipulation,insultes

 

Face à cette réaction, mes sentiments sont partagés entre sourires et soupirs. Je pourrais en effet sourire en constatant qu’il s’agit là d’un nouvel exemple de sa manière de fonctionner mais au lieu de cela, je me désole de voir que non, il ne comprendra jamais rien et continuera à s’enfoncer encore et encore dans ses travers habituels.

L’analyse de ce texte est encore une fois révélatrice de l’état d’esprit de son auteur mais elle donne également de sérieux indices sur sa nature profonde.

Passons donc l'avalanche de qualificatifs choisis et allons droit au but.

 

Au final, je me surprends à plaindre cet homme qui reste visiblement incapable du plus infime réflexe d’introspection et qui manque singulièrement de maturité dans ses écrits.

Je me permets de paraphraser un commentaire lu sur une page FB où figurait ce texte : « on dirait qu’il a avalé un dictionnaire et le vomit dans le désordre ». En effet, lorsque l’on cesse de rire en regardant les tournures de phrases et le vocabulaire employé; on distingue dans cette manière d’écrire, un immense besoin de considération. A bien y regarder, ce n’est pas au fond du texte que l’auteur tente de donner de la consistance par les termes employés mais bien à lui-même

 

Le plus triste peut-être, est sans doute le fait que l’auteur ne se rend même pas compte de l’incongruité de ses propos. Si l’on compare ses allégations avec ses propres actes, la conclusion apparaît instantanément : « j’interdis aux autres de faire ce que je m’autorise à faire ».

Autrement dit, quand le président de l’asbl 100 chevaux sur l’herbe critique, intimide, menace, insulte et calomnie des personnes; c’est normal. Quand il se retrouve en retour, exposé à la critique; c’est inadmissible et injuste.

 

La deuxième partie de l’article démontre clairement la manière de procéder de l’individu et quelque part, c’est un aveu de faiblesse. Totalement incapable d’argumenter, l’homme préfère fermer les écoutilles et rassembler autour de lui un cercle d’aficionados privilégiés qu’il sait malléables à souhait afin de pouvoir les abreuver de ses discours et renforcer leur fidélité.

Il veut de « vrais amis » entendons par là, des personnes qui abondent toujours fidèlement dans son sens et se laisseront bercer d’illusions.

 

 

Vive la transparence, vive la communication authentique…

11/02/2014

Un fonctionnaire en pâture

Cet article est introduit par l'article précédent qui rappelle une fois de plus les raisons d'être de ce blog. Cliquez ICI pour le lire.

Tout est bon pour manipuler l'opinion et certaines des manœuvres orchestrées par le président de l'asbl 100 chevaux sur l'herbe révèlent la stratégie employée.

Recette simple : portez de virulentes attaques contre des personnes sur une page différente de la vôtre, attendez les réactions, supprimez votre attaque et plaignez vous ensuite des réactions des personnes attaquées. Ne pas oublier de tirer sur la corde sensible en imposant l'auteur du commentaire comme une pauvre victime rendue malade par les méchants propos lui étant adressés.
Laissez mijotez en attendant les commentaires de vos fidèles lecteurs crédules et épicez alors par quelques commentaires de votre cru.

Désolé pour l'ironie mais il s'agit bien là d'une véritable recette.

Analysons donc la chose grâce aux copies écran même si ces copies sont peu appréciées par le principal intéressé.

Cliquez sur les images pour les agrandir. Les identités des auteurs des commentaires ont été floutées; les fichiers originaux, non floutés, seront mises à la disposition des autorités judiciaires le cas échéant.

facebook,insultes,manipulation,harcèlement,afsca,100 chevaux sur l'herbe, désinformation

Ce premier commentaire de la compagne du président de l'asbl 100 chevaux sur l'herbe donne le ton. Il sert d'élément déclencheur et est destiné à répondre aux craintes formulées par une propriétaire de chevaux de la région quant aux risques de contamination pouvant exister. Notons au passage que la distance de 18 km est erronée et certainement quand on sait que les vecteurs de contamination, ne suivent pas les axes routiers mais là n'est pas le sujet.
"Pauvre tache, autres cons, page de merde, commentaires débiles" sont donc les propos initiaux de la "victime".

facebook,insultes,manipulation,harcèlement,afsca,100 chevaux sur l'herbe, désinformation

Deuxième commentaire de la même personne dans lequel elle va jusqu'à attaquer quelqu'un qui n'avait pas même pu lire son premier commentaire.

Il suffit maintenant de parachever la recette en supprimant les commentaires et en publiant ceci :

facebook,insultes,manipulation,harcèlement,afsca,100 chevaux sur l'herbe, désinformation

Au-delà de la stratégie utilisée, certaines choses sautent aux yeux dans cette publication :

Le président de l'asbl 100 chevaux sur l'herbe fait systématiquement l'amalgame entre lui, ses proches, son asbl et ses équidés. Cet amalgame a d'ailleurs été dénoncé par le Ministère Public dans une affaire en cours. Il est utilisé fort à propos pour renforcer l'impact de la publication; le message doit clairement faire entendre que les chevaux et l'asbl sont en danger. Cela entraîne plus de compassion et de soutien de la part des sympathisants qui pour la plupart, ne vérifient pas les dires du président de 100 chevaux sur l'herbe.

La publication est là pour faire sensation et pour pointer à nouveau un doigt accusateur sur un fonctionnaire.

Les commentaires sont éloquents :

facebook,insultes,manipulation,harcèlement,afsca,100 chevaux sur l'herbe, désinformation

La victimisation à son paroxysme : "faut-il attendre qu'ils nous tuent ?"

facebook,insultes,manipulation,harcèlement,afsca,100 chevaux sur l'herbe, désinformation

Le ressentiment des commentateurs à l'encontre du fonctionnaire incriminé est clairement visible. Le dernier commentaire indique même une réelle volonté de nuire.

Réactions – opinions :

Ce genre de publication est clairement manipulateur. Destiné à faire sensation et à porter atteinte à une personne en particulier, il n'est étoffé par aucun argument sérieux et a été initié par une stratégie de provocation insultante et calomnieuse.

J'invite le lecteur à parcourir à nouveau le rappel figurant dans l'article précédent ainsi que les arguments présentés au fil du blog. Les propos du président de l'asbl 100 chevaux sur l'herbe ont déjà été analysés à maintes reprises sur base de preuves indéniables.

Ce discours mythomane et manipulateur devrait être sanctionné durement puisqu'il incite clairement à la haine envers un fonctionnaire dont le nom est à nouveau cité afin de le jeter en pâture aux sympathisants de l'asbl.

Une chose est certaine, si j'étais ce fonctionnaire, je regretterais amèrement de ne pas avoir été cloué au lit par une méchante grippe le 18 octobre 2013.

Devoir subir ce qui est devenu un véritable harcèlement engendre certainement un stress énorme chez un homme qui, insistons sur la chose, n'a fait que son travail dans les strictes limites de ses compétences et attributions, sans parti pris et sans volonté de nuire.