06/12/2014

Rancune, quand tu nous tiens...

Le président de l’asbl 100 chevaux sur l’herbe semble croire que personne ne peut lire dans son jeu mais malheureusement pour lui, le dos de ses cartes devient de plus en plus transparent.

 

Je suis prêt à croire qu’il aimerait voir le refuge d’Animaux en péril (AEP) sis à Braine-l’Alleud être sauvé de la fermeture mais je suis enclin à penser que cela porte au mieux, le numéro 28 bis sur sa liste de priorités.

Ce qui apparaît par contre comme une priorité absolue pour lui, c’est de jeter le discrédit total sur AEP et surtout, sur le président de cette asbl.

 

Or, il faut être bien sot pour comprendre qu’une telle campagne de dénigrement ne permettra vraisemblablement jamais à son auteur, de devenir l’acteur du maintien du refuge de Braine.

Sans rire, seriez-vous prêt en tant que président d’AEP, à entamer un dialogue constructif avec un énergumène passant son temps à vous enlever tout crédit sur Internet ?

 

Les manoeuvres de M. Beelen ne sont pas seulement basses et indignes d’un président d’asbl; elles révèlent la vindicte qu’il nourrit depuis bien des années à l’encontre du président d’AEP.

 

Rancune, rancune, quand tu nous tiens…

 

Je ne connais pas le président d’AEP mais si je devais me fier uniquement aux dires de M. Beelen; je verrais en cet homme, un être froid et calculateur; prêt à tout pour se faire une place au soleil. Je m’associerais sans doute au choeur diffamant des aficionados du président de 100 chevaux sur l’herbe pour le pointer du doigt et clouer au pilori cet homme dénué de coeur, de conscience et bla bla bla…

Bref, si j’étais un crédule parmi tant d’autre, je tomberais facilement dans le panneau.

 

D’ailleurs, j’y suis tombé il y a quelques années; à l’époque où j’exerçais en tant que bénévole au sein de l’asbl 100 chevaux sur l’herbe. Comme tous les autres bénévoles, j’ai écouté le récit de la machiavélique éviction de M. Beelen du poste de président-créateur d’AEP et j’ai éprouvé tant de compassion pour cet homme à qui, par un calcul des plus pervers, on avait honteusement enlevé son bébé.

Parce que quand M. Beelen déclare quelque chose, c’est forcément vrai et il ne peut en être autrement.

campagne médiatique, dénigrement, 100 chevaux sur l'herbe, nuisance, rancune

 

Parce que le conseil d’administration d’AEP qui avait voté à l’unanimité la démission de M. Beelen n’avait pu le faire qu’en étant manipulé ou pire, hypnotisé par M. Montegnies. Le fait que l’asbl souffrait de gros problèmes financiers avant ce changement de direction et qu’elle soit devenue florissante par la suite n’avait certainement rien à voir avec le départ de M. Beelen; non, c’était impossible et impensable.

 

Depuis lors, je me suis posé quelques questions…

 

Chacun est d’ailleurs en droit de s’interroger quelque peu sur certaines affirmations ou sur les suites de cette éviction d’AEP.

 

Le fait que cette asbl ait éprouvé des difficultés financières sous l’égide de M. Beelen et qu’elle se soit assainie par la suite constitue un curieux parallèle avec la situation actuelle de l’asbl 100 chevaux sur l’herbe. Est-ce à dire que les capacités de gestion de l’ex-président d’AEP ne serait pas des meilleures et que son éviction ne ferait pas que coïncider avec une meilleure gestion mais qu’elle l’aurait directement causée ?

 

M. Montegnies gérait la partie « animaux de ferme » (équidés principalement) d’AEP avant de prendre la présidence de l’asbl. D’après les écrits de M. Beelen (qui se consacrait lui, entièrement aux chiens et chats), M. Montegnies avait toute sa confiance et il était un élément incontournable de l’asbl. Bizarrement, depuis l’éviction de M. Beelen, le nouveau président d’AEP est affublé de tous les défauts possibles et se voit prêter les intentions les plus inavouables.

 

Cela me rappelle quelque chose… Ah mais oui, c’est ce qui se passe après chaque éviction d’un membre de 100 chevaux sur l’herbe !
Mais oui, souvenez-vous : chaque personne qui quitte l’asbl devient soudainement un être maléfique animé des intentions les plus noires et ne cherchant qu’à nuire à 100 chevaux sur l’herbe.

 

En conclusion :

 

Pour celles et ceux qui ne l’auront pas encore compris, la campagne de dénigrement orchestrée par M. Beelen à l’encontre du président d’AEP a une cause évidente : la rancoeur de M. Beelen envers celui qu’il tient pour unique responsable de son départ d’AEP.

 

Le président de 100 chevaux sur l’herbe ne s’est jamais remis de la perte de son poste de président d’AEP mais même s’il est tout à fait compréhensible que perdre ainsi le contrôle de l’asbl qu’il avait lui-même créée soit un traumatisme; cela ne justifie certainement pas cet inextinguible esprit de vengeance.

 

Si le président de 100 chevaux sur l’herbe avait fait preuve d’une certaine sagesse, il se serait quelque peu interrogé suite à son éviction et au lieu de tenir l’actuel président d’AEP comme l’auteur d’une cabale, il se serait demandé pourquoi personne n’a souhaité le voir rester à la tête d’AEP…
La réponse à cette question, aussi difficile puisse-t-elle être à encaisser, aurait pu induire chez lui un profitable mécanisme de remise en question.
Hélas, là est l’un des noeuds du problème : l’homme se limite à remettre en question ses semblables et oublie de voir que non, il n’est pas exempt de lacunes et autres défauts.

 

Quoi qu’il en soit et que chacun s’en persuade; la campagne de dénigrement montée sur Facebook ne mènera à rien. Elle est non seulement abjecte et déplacée mais elle est également contre-productive et ne peut que mettre à mal l’ensemble de la protection animale. De plus, elle ne conduira pas au maintien des activités du refuge de Braine-l'Alleud.

 

En pratiquant de la sorte et en visant à décrédibiliser le président d’AEP, le président de 100 chevaux sur l’herbe perd lui-même sa crédibilité et inflige un tort immense à toute la protection animale. Triste aboutissement pour celui qui se veut être un acteur incontournable de la protection animale.