23/05/2015

Ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit.

 

100 chevaux sur l'herbe,campagne médiatique,pétition,refuge

 

Depuis ce 10 mai 2015, le président de l’asbl 100 chevaux sur l’herbe orchestre une campagne dont il a le secret. Un titre accrocheur, un discours qui joue sur la sensibilité, des images destinées à toucher; tous les ingrédients sont réunis pour une recette de mystification supplémentaire à la sauce « manipulation de l’opinion ».

(cliquez sur l’image pour être renvoyé vers le texte emphatique et dénué de sens de la pétition de M. Beelen)

 

100 chevaux sur l'herbe,campagne médiatique,pétition,refuge

 

 

Malgré tous les efforts qu’il déploie pour son image de chevalier blanc de la protection animale, monsieur Beelen oublie que le monde n’est pas uniquement peuplé de moutons crédules prêts à le suivre dans ses délires et dès que l’on gratte un petit peu, le vernis ne résiste pas.

 

Comme lors de la première campagne du président de l’asbl 100 chevaux sur l’herbe en réaction à un contrôle de l’AFSCA ou lors de celle entamée contre l’asbl Animaux en péril, je m’insurge contre ce que je ne puis que qualifier d’honteuse et grossière manipulation de l’opinion publique. Je m’autorise donc à commenter ces nouveaux agissements et à offrir un regard critique sur les tenants et aboutissants de cette nouvelle campagne.

 

Quel est l’objectif poursuivi par M. Beelen en lançant une telle campagne ?

 

Bien que M. Beelen se plaise à donner le nom de « refuge » à son association, celle-ci n’est pas reconnue en tant que tel et avant tout, pour la bonne et simple raison qu’il n’a jamais sollicité l’agrément de refuge pour l’asbl 100 chevaux sur l’herbe. Aucune demande en ce sens n’a jamais été transmise par M. Beelen durant les 14 années d’existence de son asbl.

 

Cette simple raison mise en comparaison avec le discours de la pétition de M. Beelen m’autorise de facto à dénoncer une manipulation de l’opinion publique. En effet, en lisant les accroches de M. Beelen, on ne peut que constater que celui-ci fait implicitement passer son association pour un refuge agréé et qu’il s’érige dès lors en porte-parole de tous les refuges agréés.


Etonnamment, personne ne semble s’interroger en constatant qu’aucun refuge agréé ne relaye la pétition de M. Beelen et pourtant, si ce dernier agissait réellement en leur faveur ou en concertation avec eux; leurs dirigeants ne manqueraient pas de s’associer à son action et d’en faire la publicité.

 

Ce simple constat rend déjà bancal le bien-fondé de la campagne du président de l’asbl 100 chevaux sur l’herbe tout en montrant qu’il agit de sa seule initiative et sans l’aval ou le soutien des refuges agréés.

 

N’étant pas à la tête d’un refuge agréé, M. Beelen n’est pas soumis à l’Arrêté visé par sa pétition et rien ne lui interdit donc d’acheter des chevaux destinés à l’abattage afin de les héberger en son domaine. 

 

Je pose donc à nouveau la question : quel est donc l’objectif réel poursuivi par M. Beelen ?

 

Si certains avancent l’argument prétendant que M. Beelen attend la suppression de l’Arrêté interdisant aux refuges agréés d’acheter des chevaux destinés à l’abattage afin d’ensuite solliciter l’agrément pour son asbl; je leur répondrai ceci :

 

Qu’en est-il des autres conditions imposées aux refuges agréés auxquelles 100 chevaux sur l’herbe ne répond pas ?

 

M. Beelen va-t-il donc également lancer une campagne pour que les refuges ne doivent plus tenter de placer les équidés à l’adoption ? Va-t-il organiser une campagne supprimant la contrainte d’accueillir des équidés saisis ? Compte-il ensuite tenter de faire supprimer les contrôles auxquels les refuges sont soumis ?

 

On le voit, beaucoup de questions surgissent dès que l’on fait preuve d’un minimum d’esprit critique et encore, le bien-fondé de la revendication de M. Beelen et les éventuelles conséquences de la suppression de l’Arrêté n’ont même pas été abordés.

 

Pourtant, des personnes expérimentées dans la protection animale ont signalé les dangers de dérives liés à une suppression de l’Arrêté.

 

M. Beelen tente de faire croire qu’il agit pour le bien de toutes les associations belges de protection des équidés mais en y regardant de plus près, on s’aperçoit rapidement qu’il ne vise que ses intérêts personnels.

 

100 chevaux sur l’herbe a le mérite d’exister et on ne peut nier le fait que M. Beelen ait sauvé de nombreux équidés de l’abattoir. Malgré cela, on ne peut que regretter l’esprit aussi obtus qu’individualiste de son président.

 

En manipulant l’opinion publique pour faire croire qu’il agit au nom des refuges agréés, M. Beelen sabote le travail de toutes ces associations qui agissent au quotidien sur le terrain au lieu de se fendre de campagnes aussi ineptes que préjudiciable à la protection animale.

 

Pour rappel, depuis le début de cette année, 100 chevaux sur l’herbe n’a procédé à aucun sauvetage d’équidé et son président ne s’est engagé dans aucune action concrète. Au contraire, il a galvaudé son temps, ses moyens et son énergie à prolonger une puérile campagne de diffamation contre Animaux en péril et la direction de cette asbl.

 

 

De prochains articles commenteront le fameux dossier établi par le président de 100 chevaux sur l’herbe dans le cadre de l’inepte et incongrue pétition qu’il a lancé depuis ce 10 mai 2015.

29/01/2014

Compréhension de texte : leçon 1

Il est important de lire l'article d'introduction et la page "à propos" pour comprendre les raisons d'être de ce blog et les objectifs qu'il poursuit.

Extrait de la campagne médiatique du président de l'asbl 100 chevaux sur l'herbe sur la page Facebook de l'association. Article publié le 18 janvier 2014.

Cliquez sur l'image pour agrandir.

100 chevaux sur l'herbe, agrément, refuge, campagne médiatique, analyse, commentaire, manipulation

Analyse et commentaire du texte :

2 POIDS 2 MESURES AU SPF BIEN ETRE ANIMAL ?

" Nous l’avons déjà évoqué que la bonne volonté du SPF BIEN ETRE ANIMAL quant à l’octroi de l’agrément de refuge semble être un gigantesque embrouillage, plein de confusion où semble régner , force est de constater, 2 poids , 2 mesures."

Ce n'est que l'introduction, simplement destinée à vous dire que la bonne volonté du SPF s'embrouille. (Chacun sait qu'un "gigantesque embrouillage de bonne volonté, c'est très grave)

"Bien que nous pouvons sincèrement nous réjouir pour eux ,certains confrères, accomplissant l’identique de nos actions de sauvetage de chevaux par rachat ont obtenu leur agrément et c’est tant mieux pour eux alors que 100 CHEVAUX SUR L HERBE pour sa part s’est vu brimé , n’est-ce pas étrange, par ce même service d’Etat qui perceptiblement de mauvaise composition à notre égard se délectait de nous clamer haut et fort lors de son contrôle musclé le 18 octobre 2013 «que nous n’étions pas un refuge et n’aurons jamais la possibilité d’être reconnu comme tel étant donné que nous achetons des chevaux pour les secourir» (sic)."

Voici donc une affirmation solennelle et complètement fausse qui a pour seul but d'ériger l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" en victime brimée par l'AFSCA.
La vérité : les confrères incriminés ont bel et bien obtenu l'agrégation de refuge après s'être engagés à ne plus racheter le moindre animal et après avoir fait une demande d'agrément en bonne et due forme.

Le paragraphe suivant montre l'étendue des réjouissances du président de "100 chevaux sur l'herbe" à propos de l'agrément reçu par une association; mais bon, là n'est pas le sujet.

"Aujourd’hui , il est particulièrement interpellant et hautement significatif d’apprendre qu’une des 2 petites associations de la région qui hélas il faut bien l’admettre par jalousie et mesquinerie sont tournées systématiquement contre nous ( et dont notamment il faut le rappeler une poignée de sympathisants lache sans fin et non innocemment des calomnies haineuses sur le net à notre encontre ) vient d’obtenir l’agrément comme refuge. (?!?!?!)"

Au vu du paragraphe, on situe rapidement la jalousie autre part que dans le chef de cette petite association.
La vérité : vous pouvez effectuer toutes les recherches possibles et imaginables, cette petite association n'a jamais écrit ou proclamé quoi que ce soit à l'encontre de l'asbl 100 chevaux sur l'herbe et/ou de son président.
Aucun sympathisant, moi y compris, n'a écrit quoi que ce soit contre l'association 100 chevaux sur l'herbe et/ou son président depuis la création de cette petite association jusqu'à la création de ce blog. Notez au passage que les responsables de cette petite association n'ont jamais cautionné ce blog. Aucune association qu'elle quelle soit n'est par ailleurs, associée en une quelconque manière à ce blog. Ajoutons que tous s'interrogent sur  l'expression "systématiquement tournées contre nous" car personne n'est encore parvenu à déterminer quelles actions ont bien pu être commises par ces associations contre 100 chevaux sur l'herbe.

" Or, il se fait que cette association , comme la nôtre, achète précisément ses équidés pour les sauver de la boucherie...."

La vérité : elle le FAISAIT, avant de décider de demander l'agrément de refuge et d'accepter ainsi de cesser ces rachats. Bien entendu, divulguer cette information aurait fortement amoindri la crédibilité du propos.

"Ainsi, le SPF BIEN ETRE ANIMAL vient de nous donner un nouveau et prodigieux témoignage de son illogisme en matière d’obtention d’agrément de refuge et nous apporte une nouvelle fois, qu’ils nous pardonnent notre franchise, une insigne remarquable de son arbitraire ,de son irrationalité et de ses marques inavouées de préférences ."

La vérité : le SPF est parfaitement cohérent et il accorde l'agrément aux associations faisant les démarches nécessaires et acceptant de respecter les règles en vigueur.
Le président de 100 chevaux sur l'herbe est d'ailleurs, le seul à s'en plaindre.

"Voilà une belle occasion qui nous est donnée par ce service d’Etat, imbu de toute sa puissance qu’il ne s’embarasse pas outre mesure en mêlant sans aucune pudeur sa prédilection à donner une prééminence sur d’autres et ce au détriment du respect intégral des dispositions de la loi (arrêté royal du 27 avril 2007)."

Phrase très pompeuse et fondamentalement mensongère puisque justement, le SPF veille au respect scrupuleux de l'AR.

"A quand la prochaine manifestation des incohérences et dérives du SPF BIEN ETRE ANIMAL dont on peut légitimement s’interroger aujourd’hui sur sa droiture et ses capacités d’ajuster ses actions et son fonctionnement en toute égallité aux attentes des citoyens ?

Ce service dépositaire d’une forte autorité réalise-t-il le caractère infractionnel et la gravité des faits de cette pratique inacceptable de privilégier et servir des intérêts partisans d’une part et de l’autre faire prévaloir fortement ses dispositions funestes à ceux et celles qui ne sont pas à leurs yeux en convergence ?"

Si vous avez été obligé de relire cinq fois cette phrase avant d'en avoir perçu le sens, vous êtes dans la moyenne.
La vérité : cette phrase n'a aucun sens, elle est juste emphatique à souhait et uniquement destinée à renforcer le statut de victime créé de toute pièce par son auteur.

Conclusion :

L'analyse du texte n'en dit-elle pas assez long sur l'état d'esprit de l'auteur ?
La jalousie est clairement perceptible mais il s'agit de celle de l'auteur.

 

23/01/2014

Être ou ne pas être un refuge agréé ?

IL EST IMPORTANT DE LIRE L'ARTICLE D'INTRODUCTION POUR COMPRENDRE LES RAISONS DE LA MISE EN LIGNE DE CE BLOG
(Cliquez sur "Introduction" dans l'onglet "catégories")

Être ou ne pas être un refuge agréé ?

Telle est la question…

Les choses deviennent finalement difficiles à comprendre et les déclarations successives du président de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" prêtent à confusion.

Pour rappel, il n'a jamais sollicité l'agrégation de refuge auprès du SPF Santé Publique pour diverses raisons.

Il demande malgré tout, de manière véhémente, à être reconnu comme refuge par le biais de ces publications et dans les interviews qu'il donne aux médias.

Il invoque avec raison, le fait qu'un refuge agréé ne puisse pas acheter d'animaux et soit contraint de tenter d'en replacer un maximum. Ceci est tout à fait vrai, un refuge agréé doit respecter ces directives. Son désir de se focaliser sur le sauvetage de chevaux de boucherie n'est pas à critiquer; l'action est belle et louable.

Analyse et commentaire des arguments :

"Un refuge ne peut pas acheter d'animaux"

Mais à côté de cela, un refuge peut recueillir des animaux abandonnés…  Et vu qu'il est fréquemment arrivé que des sauvetages soient financés directement par des sympathisants de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe", une solution se dégage rapidement. En effet, qu'est-ce qui empêcherait un sympathisant de sauver ce cheval de la boucherie en le rachetant avant de l'abandonner à l'asbl ?

Et pourquoi pas une autre asbl non agréée uniquement créée pour réaliser ces sauvetages avant de procéder à l'abandon ? A condition bien entendu que l'asbl agréée ne finance en aucun cas ces sauvetages.

"Un refuge doit tenter de placer les animaux"

L'asbl plaçait des équidés par le passé et elle avait d'ailleurs consacré un blog à ces adoptions (http://adoption-100chevaux.skynetblogs.be/).
Le président de l'asbl déclare souvent être au maximum de sa capacité d'hébergement et certains de ses pensionnaires mériteraient de profiter de cette opportunité d'autant plus que les conditions d'adoptions sont définies par contrat et que l'équidé peut-être repris à l'adoptant si celui-ci ne garanti pas le bien-être de l'animal.
Pour moi, le calcul est vite fait : un équidé adopté ouvre la place à un autre sauvetage!
Dans la situation actuelle, seul un équidé décédé ouvre la place à un autre sauvetage.

Cette idée est renforcée par le fait que les retours sont loin d'être légions et que bon nombre d'adoptés coulent des jours très heureux dans leurs nouvelles familles.

Bien entendu, ceci représente une charge de travail supplémentaire mais j'ai tant entendu le président de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" déclarer : "quand on veut, on peut" que je ne doute pas un seul instant que cet obstacle soit facilement balayé par son immense volonté d'agir au mieux pour les équidés.

Mon opinion :

Le président de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" demande l'obtention du statut de refuge agréé sans vouloir en faire la démarche tout en déclarant ne pas vouloir se plier à la réglementation en vigueur.
Le paradoxe est évident…

S'il veut que la réglementation change parce qu'il refuse de s'y plier, n'est-ce pas une autre voie qui doit être empruntée ? Pour changer cette réglementation, c'est vers les politiques qu'il faut se tourner mais alors, qu'en pensent les refuges agréés ? Sont-ils favorables au changement de réglementation ?

Si le président de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe" voulait être cohérent, il choisirait définitivement les avantages et inconvénients d'un statut défini; soit celui d'un refuge agréé, soit celui sous lequel il figure actuellement.

Chaque statut à ses contraintes et il est illusoire et injuste de ne vouloir profiter que des avantages des deux sans aucune contrainte liée à l'un ou l'autre.

En outre, il est vraiment malvenu de jalouser et de critiquer les associations ayant fait leur choix comme il le fait d'ailleurs au travers de caricatures moqueuses. (Ce sujet sera présenté ultérieurement)

Les avis, les orientations, les politiques divergent et les différentes associations, qu'elles soient ou non agréées, ont toutes leurs différences qui les caractérisent et font, par leur diversité, la richesse de la protection animale.

Concernant les équidés, que ce soit de la boucherie, d'abandon ou de maltraitance, il y en a suffisamment à sauver pour que chacun puisse jouer le rôle qu'il a choisi dans le souci permanent de leur bien-être.

Les campagnes orchestrées par le président de l'asbl "100 chevaux sur l'herbe"  sont emplies d'incohérences plus qu'évidentes et elles ne font qu'entretenir une image d'absence de cohésion entre les différentes associations alors que plusieurs d'entre-elles ont déjà démontré qu'elles pouvaient œuvrer en bonne collaboration.

Quant à la guerre livrée par certains partisans de l'une ou l'autre option :

Critiquer le fait d'acheter des chevaux de boucherie en prétextant que cela enrichi les marchands et favorise le commerce est ridicule. La proportion d'équidés sauvés sur une année que ce soit tant par des associations que par des particuliers, n'a en aucun cas, une influence significative sur le nombre de chevaux vendus en filière viande. Par contre, il est tout à fait compréhensible que la réglementation des refuges agréés interdise cette pratique puisqu'elle pourrait entraîner des dérives et ouvrir une nouvelle forme de commerce déguisé. Il ne s'agit nullement pas d'un constat mais de la compréhension qu'un risque potentiel existe.
A décharge du choix de racheter des équidés de la filière viande pour les sauver de l'abattoir, il faut savoir qu'il n'existe pas d'élevage de chevaux destinés à la boucherie. Les coûts d'élevage d'équidés ne permettent pas, au vu des profits réalisés par leur vente dans la filière viande, de faire des bénéfices rentables. Tous les équidés se retrouvant dans cette filière y échouent parce qu'ils ne correspondent pas ou plus aux attentes de leurs propriétaires.

Dans le même ordre d'idée, critiquer le fait de recueillir des équidés saisis ou abandonnés en argumentant que cela permet à des propriétaires peu scrupuleux de se débarrasser de leurs équidés  en gardant la conscience tranquille et que cela risquerait d'encourager la chose est également inepte et malvenu. Ce ne sont là que des suppositions non vérifiées.

A suivre...